acquisition-dune-nouvelle-balayeuse-electriqueacquisition-dune-nouvelle-balayeuse-electriqueacquisition-dune-nouvelle-balayeuse-electriqueacquisition-dune-nouvelle-balayeuse-electriqueacquisition-dune-nouvelle-balayeuse-electriqueacquisition-dune-nouvelle-balayeuse-electrique>Array
Acquisition d’une nouvelle balayeuse électrique
Conseil général du 12 novembre 2020

Acquisition d'une balayeuse électrique CityCat VS20e, véhicule avec une faible empreinte carbone donc écologique grâce à son moteur électrique alimenté par une batterie Lithium-ion et à ses effets de réduction de la pollution et des nuisances sonores.

216’000 francs pour l’acquisition d’une balayeuse électrique

Lorsque j’étais à l’école primaire, j’habitais dans le quartier de la collégiale à Neuchâtel. Nous aimions l’automne car on pouvait se lancer dans les tas de feuilles mortes que le cantonnier balayait. Il s’agissait souvent des feuilles du marronnier. On réalisait de belles culbutes ou même des sauts depuis un mur de 2.00 m. Chaque fois bien sûr, on se faisait gronder mais toujours, on recommençait. Et… en fin de semaine, une équipe se regroupait autour d’un petit camion électrique  (et oui, déjà… en 1960). Ils déchargeaient leurs corbeilles d’osier pleines de feuilles sur le pont du véhicule afin de pouvoir les composter quelque part.

Aujourd’hui, grâce à notre technologie les enfants ne peuvent plus vivre ce genre de d’expérience. Cette pandémie, nous a poussés à prendre conscience de nos comportements. Nous le savons, sans changement, nous ne parviendrons pas à maintenir une qualité de vie acceptable pour tous dans notre société. C’est en agissant concrètement que nous serons acteur de notre système. Pourquoi ne pas freiner un peu notre croissance économique en donnant tout simplement du travail à nos concitoyens.

Le PSLT en séance mercredi 4 novembre se questionnait sur les réels objectifs sociaux des investissements communaux. Nous nous sommes imaginé quel’entretien manuel de nos espaces publics et de nos axes routiers pourraient donner du travail à quelques personnes. Nous contribuerions ainsi, à maintenir un taux de chômage supportable au bon fonctionnement de notre système. La commune de la Tène pourrait servir d’exemple !

Valoriser la personne a certainement un coût… mais le bénéfice pour l’ensemble de notre société, sur ce type d’investissement, est sûrement supérieur au rendement mécanique et à la valeur d’une machine ?

Pourquoi ne pas réfléchir pour notre prochaine législature à un avenir plus simple, plus solidaire ? Concrètement, à ce jour, notre état d’esprit ne permet pas encore de mettre en application ces formulations utopiques. Le PSLT encourage nos collègues du conseil général à méditer sur le sujet !

Ceci-dit, notre groupe félicite la qualité de ce rapport qui est présenté avec cohérence et une belle conviction. Les différents points du chapitre 5  « Choix et proposition », ont particulièrement attiré notre attention et nous nous permettons rapidement de les citer :

  1. L’obsolescence évidente de l’ancienne machine qui pourrait peut-être obtenir une place au musée des transports.
  2. Le choix d’un véhicule électrique.
  3. L’opération financière avec l’utilisation du fond à disposition soit 51,000 CHF pour contrebalancer la différence entre le véhicule thermique et le véhicule électrique.
  4. La vision future de son utilisation à l’intérieur d’une commune fusionnée.
  5. L’aspect écologique.
  6. L’aspect sonore.
  7. Sa conception européenne.

Le groupe socialiste a voté à une forte majorité pour l'acquisition de ce modèle de balayeuse.

Le Rapport détaillé : Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d’engagement de 216’000 francs pour l’acquisition d’une balayeuse électrique


Acquisition d’une nouvelle balayeuse électrique

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.